Disques dynamiques et disques de base sous Windows

Après plusieurs déboires, changements de PC, de système d’exploitation et de système de partitionnement, je pensais avoir tout vu, mais non ! En partitionnant un disque dur avec windows, j’ai fait la désagréable découverte de la distinction « disque dynamique / disque basique ».

Tout d’abord, les présentations :

Disque dynamique

  • Les partitions sont stockées par Windows, pas sur le disque.
  • Peut contenir plus de partitions que les disques basiques.
  • Les données sont perdues si on déplace le disque sur un autre ordinateur ou si on réinstalle windows (le disque n’est pas monté, et il est traité d’étranger).

Disque de base

  • Ne peut contenir « que » 4 partitions primaires, mais un nombre illimité de partitions en utilisant une partition étendue et des « disques logiques ».
  • Fonctionne indépendamment du système d’exploitation (windows / linux).
  • Fonctionne indépendamment de l’ordinateur où il se trouve, y compris en disque externe.
  • Utilise un système qui fonctionne quasiment depuis le début de l’informatique personnelle.

Les distinguer

Pour savoir si un disque est de type dynamique ou basique, clic droit sur l’icône poste de travail du bureau (« ordinateur » sur Vista) et choisissez « Gérer… » dans le menu contextuel qui s’affiche. Double-cliquez ensuite sur Stockage puis Gestionnaire de disques. La moitié inférieure de l’écran liste les disques connectés et détectés. Si vous voyez l’indication « dynamique » ou étranger » à côté d’une des icônes de disque, vous pouvez maudire Bill Gates.

Les convertir

Alors là, tout dépend de la place, du temps et de l’argent que vous avez à consacrer.

  1. Si vous avez la place de copier toutes les données du disque et le temps d’attendre, c’est le plus simple et le plus sûr. Copiez le contenu, vérifiez que la copie s’est bien passée, puis convertissez le disque dynamique en disque basique (clic droit sur l’icône, confirmez la suppression des données si vous êtes sûr que votre copie a bien fonctionné), partitionnez le disque basique tout frais et re-copiez les données dessus.
  2. Si vous devez convertir sans pouvoir faire de copie, il existe quelques utilitaires gratuits dont des distributions Linux spécialisées dans ce travail-là. Mais attention : les utilitaires windows en ligne de commande ont tendance à oublier de demander confirmation avant de supprimer les données des disques… Vous êtes prévenus !
  3. Des utilitaires comme Easy Recovery ou Partition Magic prétendent pouvoir faire cette conversion sans supprimer les données. Une fois encore, essayez de faire une sauvegarde de vos données avant toute manipulation ! Et ne déboursez pas le moindre centime avant d’être sûr que le logiciel saura faire ce que vous attendez de lui : utilisez la version de démo pour vérifier qu’il sait effectuer ce type de conversion.

En conclusion…

J’espère que ces quelques indications pourront servir, j’ai découvert cette cochonnerie de disque dynamique aujourd’hui même mais Wikipédia et commentçamarche permettent de se rendre compte rapidement que — pour le dire poliment– microsoft n’aime pas nous rendre la vie facile !

4 réflexions au sujet de « Disques dynamiques et disques de base sous Windows »

  1. j’était emm beté » également avec cette dénomination de base ou dynamique,
    mais à l’installation,mon fils a trouvé le truc bête de faire un clic droit dans la gestion des disques, disque 0 ou disque 1,
    une fenêtre s’ouvre et on peut choisir de base ou dynamique.

    a dan un aut soley

  2. J’ai moi aussi galéré avec la fonction disque dynamique.
    J’ai acheté un disk neuf 320GB que je voulais utiliser en disque de données, et à la détection j’ai cliqué un peu rapidement et windows me l’a installé en disque dynamique. Suite à cela, écrans bleus à répétition. J’ai soupçonné la RAM, les drivers de la webcam que j’avais installé en même temps et c’est par intuition que j’ai ensuite soupçonné le disque. Je l’ai alors converti en disque de base, sous dos avec « diskpart' ». Inutile d’utiliser un programme, diskpart fonctionne bien. Une fois en disque de base, fini les écrans bleus mais à la place j’avais des erreurs dans le journal des évènements, qui me disait régulièrement de faire un chkdsk. Il est vrai que certains fichiers n’étaient plus accessibles…. Il a donc fallu que je télécharge l’utilitaire de Western Digital pour remettre le disque à ZERO. Ensuite réinstallation dans windows en disque de base DIRECTEMENT et là, plus aucun problème….. Bref, les disques dynamique c’est UNE GROSSE MERDE (et je suis poli !!!!)

  3. Bonjour à tous,
    Désolé, mais je travail avec des disques dynamiques depuis plusieurs années maintenant et je n’ai jaiamais eu de problème. Que ce soit sous Linux ou Windows.
    Pour Windows j’ai attentdu Windows 7 pour jouer avec les dynamiques en RAID 5 sur 4 disques 10 000 tr/mn.
    J’ai joué avant avec 2003 serveur en RAID 0 sur 8 disques et en dehors des coupures EDF qui m’ont obligé à reconstruire les éléments manquants (clic droit sur le disque Hors ligne et passage en ligne ouis reboot) tout a très bien fonctionné et ce pendant 5 ans (mais c’est un serveur peut-être).
    Par contre pour faire juste un point et ne pas être hors sujet, je ne vois pas trop l’intérêt de passer un disque de moins de 300 Go en dynamique.
    Dans tous les cas un backup quotidien c’est obligatoire !

Les commentaires sont fermés.