IAwriter vs Byword

J’aime écrire, mais j’ai besoin de me concentrer et de pouvoir structurer mes textes sans y perdre de temps. Voici les atouts d’IAWriter et de Byword, et la raison pour laquelle je préfère le deuxième.

Points communs

Les deux logiciels permettent d’utiliser la syntaxe Markdown. Pour moi, c’est la meilleure solution de mise en forme car elle a deux avantages majeurs :

  • Facile à saisir
  • Facile à lire

Autres points communs de ces 2 logiciels :

  • Mise en évidence du code Markdown (les titres sont en gras, l’italique en italique, etc.)
  • Compteur de mots et de caractères
  • Mode plein écran pour faciliter la concentration
  • Mode « Machine à écrire ». Bien pratique : le curseur reste toujours sur la même ligne, c’est le texte qui défile.

Différences

  • IAWriter place les # et les puces à gauche du texte (une technique appelée hanging punctuation), ce qui améliore l’alignement et accélère le parcours de l’oeil
  • IAwriter a un « Mode focus » qui grise le texte autour de la phrase en cours. Byword aussi, mais le focus se fait sur la ligne ou le paragraphe en cours, pas sur la phrase
  • Byword permet d’écrire en blanc sur noir (bien plus reposant pour les yeux)
  • Byword permet de choisir police et taille du texte
  • Dans Byword, quand on appuie sur Entrée après avoir saisi un élément de liste, il préremplit la ligne suivante avec une puce de même niveau (incrémentée dans le cas d’une liste numérotée)
  • Byword ajoute un grand nombre d’actions avec raccourci clavier : transformer la sélection en lien (pomme-K), incrémenter ou décrémenter le niveau de titre, inverser deux blocs de texte…

Conclusion

Le focus, le défilement du texte et la mise en évidence du code Markdown sont disponibles dans les 2 logiciels, et on a rapidement du mal à s’en passer.

A l’usage, je préfère le focus sur le paragraphe que sur la phrase d’IAwriter, ça évite que le texte ne change de couleur sans arrêt pendant que vous écrivez, et pour moi les phrases d’un paragraphe forment un ensemble qu’il est dommage de scinder.

Le gain de temps sur les listes et la manipulation des blocs est également non négligeable dans Byword, d’autant que j’y suis habitué avec d’autres traitements de texte et éditeurs.

Enfin, le soir mais aussi en journée mes yeux apprécient grandement le confort du texte en Gill Sans taille 36 sur fond noir, et c’est pour moi l’argument définitif en faveur de Byword.

Et vous, quel est votre éditeur de texte favori ?

Publié le Catégories BlogMots-clés