Les boutons sont un hack

Dans une excellente conférence donnée notamment à Breaking Development en septembre 2011, Josh Clark explique en quoi les boutons sont un hack. Un hack inspiré, mais qui nous empêche aujourd’hui d’utiliser tout le potentiel des interfaces tactiles.

Selon Josh, les écrans tactiles nécessitent de créer de nouveaux paradigmes d’interfaces. Les boutons sont apparus à une époque où il était nécessaire d’indiquer quelle zone de l’écran était susceptible de répondre au clic, mais sur un écran tactile l’interface toute entière peut (et doit) être utilisée. Limiter les zones réactives à des boutons va à l’encontre de ces possibilités, et ne respecte pas la loi de Fitts.

Les jeux vidéos sur écran tactile se démarquent des applications qui copient les interactions “bureau”, et doivent enseigner à leurs utilisateurs comment les utiliser sans pour autant ôter l’envie de jouer. Il encourage à dévoiler les gestes possibles progressivement, au moment où l’utilisateur en a manifestement besoin, et rappelle que les tutoriels sont le meilleur moyen de tuer tout plaisir qu’on peut avoir à lancer un jeu ou une application.

Le mieux reste de regarder ou d’écouter sa présentation, il est très convainquant et illustre son propos à l’aide de nombreux exemples.

Les plus pressés trouveront un excellent compte-rendu par Luke Wroblewski, vous pouvez sinon regarder la vidéo de sa présentation à WebStock, ou écouter l’enregistrement audio réalisé à Breaking Development.

Je vous encourage au passage à vous abonner au podcast de Breaking Development, la plupart des présentations sont particulièrement pertinentes.

Je n’ai malheureusement pas vu d’article reprenant toutes ses idées, mais si vous en trouvez un n’hésitez pas à me l’indiquer dans les commentaires et j’ajouterai le lien.